Posted on

Des scientifiques danois préconisent de poursuivre les recherches sur l’impact de l’exposition aux polluants chimiques toxiques provenant des combustibles fossiles.

La baisse des taux de fécondité pourrait être liée à la pollution causée par la combustion de combustibles fossiles, selon une analyse des études scientifiques.

Lien entre fertilité et pollution

Au cours des 50 dernières années, la natalité n’a cessé de diminuer. L’étude porte sur le Danemark, mais cette tendance est également observée dans d’autres pays industrialisés. Un enfant danois sur dix est né grâce à la procréation assistée et plus de 20 % des hommes n’ont jamais d’enfants, selon les chercheurs. Cette diminution semble avoir commencé au début de l’industrialisation. Les experts ont averti que cette tendance pourrait conduire à une démographie déséquilibrée, avec trop peu de jeunes pour soutenir les générations plus âgées.

« Nous devons nous rendre compte que nous ne savons que trop peu de choses sur l’infertilité dans la population, de sorte que la prochaine étape serait vraiment de découvrir pourquoi tant de jeunes couples n’ont pas d’enfants », a déclaré Niels Erik Skakkebæk, professeur à l’université de Copenhague, au Danemark, et auteur principal de l’étude publiée dans la revue Nature Reviews Endocrinology.

La baisse des taux de natalité est souvent imputée à des facteurs culturels et socio-économiques, tels que l’accès accru à la parentalité planifiée, à la contraception et à l’avortement, et l’évolution du rôle des femmes dans la société, l’éducation et la participation à la vie active ayant retardé la procréation, par exemple. Mais les données montrent que les grossesses étaient déjà en baisse avant le déploiement de la pilule contraceptive, que le nombre global d’avortements diminue au fil des ans et que les pertes de grossesse non planifiées augmentent de 1 à 2 % depuis 1990.

Au contraire, un nombre croissant de recherches a montré que les taux d’infertilité humaine augmentent pour des raisons biologiques, notamment 74 000 cas annuels de cancer des testicules, une qualité insuffisante des spermatozoïdes et des ovules, une puberté prématurée chez les jeunes femmes et une augmentation du nombre de malformations congénitales des organes génitaux des nourrissons mâles.
Une telle tendance ne peut s’expliquer génétiquement, car l’évolution se déroule sur des périodes plus longues et sur un plus grand nombre de générations. C’est pourquoi M. Skakkebæk et ses collègues invitent la communauté scientifique à examiner l’impact de l’exposition environnementale aux polluants chimiques toxiques provenant des combustibles fossiles, qui existent depuis la révolution industrielle.

« Ce qui m’a frappé dans cette étude, c’est de constater qu’une si grande partie de la vie moderne trouve son origine dans les combustibles fossiles », a déclaré Skakkebæk. « Nous n’y pensons pas de cette manière. Lorsque nous achetons une paire de chaussures fabriquées à partir de produits chimiques issus des combustibles fossiles. »

Des traces dans le sang

Les combustibles fossiles sont omniprésents et on les a retrouvés dans le sang, l’urine, le sperme, le placenta et le lait maternel des gens, ainsi que dans leur tissu adipeux. De nombreux polluants issus des combustibles fossiles sont des perturbateurs endocriniens, ce qui signifie qu’ils interfèrent avec les systèmes hormonaux de l’organisme et ont un effet négatif sur la santé reproductive.

« Nous savons, grâce à de nombreuses études expérimentales sur les animaux, que les plastiques, les produits chimiques, etc. peuvent causer des problèmes de reproduction chez les animaux », a déclaré Mme Skakkebæk. « Nous ne pouvons pas faire de telles études d’exposition chez l’homme, ce ne serait pas éthique, mais nous en savons suffisamment grâce aux études sur les animaux pour être inquiets. »

Les études montrent que, par exemple, les rats et les souris subissent des modifications génétiques affectant leurs capacités de reproduction lorsqu’ils sont exposés à une perturbation endocrinienne par des produits chimiques toxiques. Les recherches sur les humains sont encore rares, mais certaines études ont montré que les produits chimiques perturbateurs endocriniens pourraient être substantiellement liés aux maladies reproductives masculines.

Des données animales ont montré que les reproductivités féminine et masculine sont affectées différemment à des niveaux d’exposition identiques, et que le début de la gestation est une période particulièrement sensible pour que ces produits chimiques aient un effet perturbateur.

Toutefois, ces liens devront être examinés et évalués de manière systématique pour déterminer la causalité. Les changements de mode de vie tels que la diminution de l’activité physique, le tabagisme, les taux croissants d’obésité, la consommation d’alcool et les changements de régime alimentaire doivent également être pris en compte.